La course après le temps



Traditionnellement, le mois de juin est toujours très difficile pour moi. Les évènements s'enchaînent à un rythme soutenu et c'est tout juste si j'ai le temps de me poser.

Les difficultés professionnelles se posent par-dessus les problèmes familiaux qui eux, se posent par dessus d'éventuels petits problèmes de santé. Cette année, la canicule s'est même imposée par-dessus tout le reste.

Et là, on se déconnecte... On ne prend plus le temps de méditer. On ne prend plus le temps de lire, d'aller voir un film au cinéma. On ne prend même plus le temps de prendre un café sans penser à rien. On ne se nourrit plus correctement, non plus, grignotant des bêtises sur le pouce, quand on a le temps de s'asseoir.

On jette un œil sur l'agenda et on sait à peu près à quel moment les choses vont ralentir et se remettre en place d'elles-mêmes. Et lorsque ce moment arrive, on va s'écrouler. On va récupérer toutes les heures de sommeil manqué, on va revenir à de bonnes habitudes alimentaires, on va petit à petit se reconnecter, et on se dira, mais pourquoi n'ai-je pas conservé mes habitudes dans ces moments difficiles?

Cela m'aurait aidé, évidemment, à me sentir mieux... mais pourquoi est-ce que je n'y arrive pas?

Peut-être ne suis-je pas encore assez forte, assez posée ? Peut-être le milieu dans lequel je travaille encore rend impossible une vie saine? Peut-être est-il temps pour moi de consacrer tout mon temps au bien-être des autres, et donc du mien, au lieu de me partager en deux?

C'est en préparation, cela va venir, je le sais.
Le mois de juin s'achève, et il va être bientôt temps de tourner une page.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La course après le temps

Traditionnellement, le mois de juin est toujours très difficile pour moi. Les évènements s'enchaînent à un rythme soutenu et c&...