Quand le doute sape nos beaux projets



J'ai souvent de jolis projets, à plus ou moins grande échelle, et je fais en sorte qu'ils se concrétisent. Sur le long terme évidemment, il faut savoir être patient...

Que ce soit pour des petites choses, comme une nouvelle décoration d'intérieur, un voyage en famille, un week-end en amoureux, un bon repas pour une soirée entre amis, ou bien de plus grandes, tel un nouveau poste au travail, rien qu'imaginer qu'elles sont accomplies me rend heureuse.

Si le projet est petit, je visualise tout, le moindre détail, les étapes s'il y en a, et la façon dont je vais m'y prendre. C'est comme de peindre une toile. Parfois, on sait à quoi on veut qu'elle ressemble. On s'imagine les couleurs, les mélanges qu'il faudra faire pour les obtenir, comment les poser, avec quels pinceaux, quelle quantité d'eau, etc... Puis ensuite, on le fait, on peint, et au bout de quelques heures on a créé ce qu'on avait auparavant imaginé. On a rendu réel ce qui ne l'était pas. C'en serait presque magique !

Lorsque les projets sont plus grands, plus difficiles, le problème est tout autre. Comme de vouloir déménager, changer de voiture lorsque l'on manque d'argent, améliorer une santé défaillante, changer d'emploi... Tout cela est lourd de conséquences, ça prend au tripes, et on a du mal à positiver. Pourtant c'est bien là qu'il faudrait savoir créer, visualiser, être heureux en imaginant la chose faite !

Dans le livre "Le secret", qui aborde ce genre de choses, j'ai lu il y a longtemps une phrase qui m'a beaucoup marquée :

"Your wish is my command."

C'est comme si l'univers, tel le génie de la lampe, nous disait : "Commande, et je t'exaucerai"

Qui pourrait croire une chose pareille? Et pourtant...

A la lecture, le principe de base est qu'il ne suffit pas de vouloir une chose, mais de savoir qu'elle est déjà là. Bref, c'est une histoire de foi. Mais avoir la foi est facile pour les choses sans conséquences, n'est-ce pas?

Bref, je suis sur un gros projet en ce moment, un projet qui peut chambouler toute ma vie, et je visualise que tout se passe merveilleusement bien. Et de fait, tout se passe bien, à tout petit pas, mais ce projet avance.

Alors comment expliquer ces gros moments de doute qui m'envahissent? Dans ces moments-là je dois l'avouer, je panique, je crains d'avoir fait fausse route, de faire une bêtise. Je me demande s'il n'est pas trop tard pour faire marche arrière...

Et puis je respire, je me calme, je me remémore toutes les choses qui m'ont poussée à me décider, à avancer sur ce chemin. Et s'il reste encore un doute, je demande un signe.

En un an et demi, ça a du m'arriver trois fois, de douter grandement, et par 3 fois j'ai eu un signe clair, sans équivoque possible.

Ne laissez pas les moments de doute vous envahir, croyez fermement en vos projets. Si trop d'embûches se dressent, posez-vous un moment, et voyez si l'on ne cherche pas à vous montrer qu'un autre chemin est possible, regardez si une autre porte ne s'est pas ouverte ailleurs. Si ce n'est pas le cas, persévérez dans vos projets. Tout finit par arriver, souvent à point nommé.







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La course après le temps

Traditionnellement, le mois de juin est toujours très difficile pour moi. Les évènements s'enchaînent à un rythme soutenu et c&...